samedi 18 mai 2013

Les 5 piliers du survivant selon Vol West

Tous les survivalistes connaissent Vol West même si nous ne sommes pas tous d'accord avec lui. 

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, depuis 1995 Vol West se concentre sur la mise en place d'une manière de vivre axée sur l'indépendance, l'autonomie, la résilience et plus largement la responsabilisation citoyenne. En 2010, il commence le blog http://lesurvivaliste.blogspot.fr qui deviendra rapidement la référence francophone dans le domaine du survivalisme. Ayant vécu à Paris 22 ans et 16 ans à Los Angeles, il réside aujourd'hui dans l'Etat du Montana. Il est coauteur avec Piero San Giorgo du livre "Rues Barbares".

Avant que vous ne regardiez la vidéo qu'il a posté, je tiens à signaler que même si j'aime beaucoup le personnage, je ne suis pas entièrement d'accord avec Vol West. Mais il faut remettre les propos de Vol West dans son contexte : il vit comme un américain dans un endroit reculé du Montana. Aussi, si vous vivez en France vous ne pourrez pas suivre son exemple sans avoir des problèmes avec les forces de l'ordre.

Comme je vis en France dans une ville, si une catastrophe arrive, je ne vais pas partir avec un gros jerrycan d'eau de 5 ou 10 litres ainsi qu'une grande machette. Tout d'abord parce qu'en France, je trouverai très vite de quoi boire dans les heures qui suivent la catastrophe et qu'en mode survie on n'a pas besoin de boire des litres d'eau toutes les heures. Quand je partais en bivouac avec l'armée, on ne prenait qu'une gourde d'eau et cela nous faisait la journée. Et si je me ballade en ville (même après une catastrophe) avec une grande machette je vais me faire arrêter parce qu'on va me prendre pour un fou. La machette est juste bonne quand on est dans la brousse et là où je vis ce n'est pas le cas. Quant à la marmite pour faire chauffer une boite de conserve, c'est un peu exagéré, ma gamelle Quechua achetée à Décathlon nous suffira amplement. Il ne faut pas confondre sac d'évacuation avec matériel d'évacuation. Si vous devez vous installer quelque part loin de chez vous lors d'une période de troubles importants, nul doute que vous trouverez facilement un abri libre que vous pourrez occuper. On est en France et non dans la jungle et même aux Philippines (sauf dans la jungle) on arrive à trouver facilement tout ce qu'il faut pour s'abriter et se nourrir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire